Publié le : 14/06/22

L’emploi et la paie en 2022, un tour d’horizon

Nouvelle actualité de la rubrique emploi de PAY JOB, cette étude dessine les principales tendances du marché de l’emploi en paie au cours de la dernière année. Réalisée à partir d’un panel de 2559 missions confiées au cabinet entre le 15 mai 2021 et le 15 mai 2022, nous estimons que cet échantillon correspond à peu près à 15% des offres d’emploi en paie pourvues en France sur cette période, soit un aperçu particulièrement représentatif.

Emploi de la paie en 2022 : on fait le point !

  • Les grands groupes, premier moteur de l’emploi

Voici comment se répartissent les offres en fonction des différentes structures d’entreprises :

 

Sans surprise, ce sont les ETI (entre 1000 et 5000 salariés) et les très grands groupes (> 5000 salariés) qui recrutent le plus et jouent le rôle de moteur de l’emploi dans le secteur de la paie (67% des offres sont émises par des grands groupes, équivalent à plus de 1 700 offres). Loin derrière, les offres se répartissent entre les PME et les cabinets d’externalisation de la paie (respectivement 19% et 14% des offres émises, soit plus de 840 offres confondues). La légère augmentation de la place des grands groupes dans les offres proposés (+ 3% par rapport à l’étude de 2018) souligne ainsi le dynamisme de leur activité et leur capacité de résilience dans l’économie post-Covid.

  • Une majorité de contrat temporaire pour les grands groupes, de CDI pour les PME

Nous relevons cette année légèrement plus de contrats signés en CDI (55 %) qu’en CDD ou intérim (45%). Sous cette proportion relativement uniforme se cache de nettes disparités selon les différentes structures concernées.

                                                                         

Les grands groupes se montrent particulièrement adeptes d’intérim et de CDD, comme le montre le graphique ci-dessus, alors que les PME et cabinets d’expertise comptable privilégient les CDI.

Deux facteurs majeurs offrent une explication à l’appétence des grands groupes pour les contrats temporaires. Les fluctuations internes importantes, tout d’abord, qui incitent les sociétés à recourir à l’intérim et aux CDD pour couvrir des besoins partiels et temporaires liés aux effectifs (arrêts maladie, remplacements…) et à l’activité du groupe (accroissement temporaire d’activité). En outre, si les candidats sont naturellement plus attirés par un CDI, le renom des grands groupes leur permet de recruter massivement en contrat temporaire. Conditions salariales intéressantes, couverture sociale importante, flexibilité et tremplin pour la suite de la carrière… Les avantages proposés par les grands groupes leur permettent donc de s’offrir la souplesse des contrats temporaires.

Côté cabinets et PME, recruter en CDI remplit d’abord un objectif d’attractivité pour les candidats et permet ensuite d’envisager une collaboration pérenne avec leurs nouveaux entrants.

  • Des salaires proposés conformes au marché
Type de structure Salaire minimum moyen Salaire maximum moyen
Assos humanitaires 23 29
Cabinet 31 38
Grand groupe 35 40
PME ( < 500) 32,5 38
SIRH 39 48
Général 34 39,5

 

Les fourchettes de rémunération communiquées par nos clients nous donnent un aperçu assez représentatif des salaires proposés en 2022. Le salaire minimum moyen est de 34 K alors que la fourchette haute est de 39,5 K. Le salaire moyen proposé est donc de 36, 7 K, en évolution de 8% depuis 2018. Cette rémunération moyenne est grandement boostée par les grands groupes et les cabinets SIRH.

Dans la fourchette haute des salaires recensés figurent, en effet, les grands groupes qui proposent les rémunérations les plus attractives (moyenne de 37,5 K), toutefois devancés par les cabinets SIRH, en pleine croissance, dont le salaire moyen frise les 43,5 K. Pour une rémunération moyenne de 35 K, les cabinets d’externalisation de la paie et PME proposent un salaire conforme au marché et aux prétentions salariales des payeurs, décryptées notamment dans l’article « Combien gagne un gestionnaire de paie en 2022 ? », à l’aune de différents facteurs (zones géographiques, expérience, formation, maîtrise de l’anglais…).

 

  • Le top 5 des logiciels de paie les plus utilisés

L’étude des logiciels de paie mentionnés dans les offres d’emploi met en valeur une hypersegmentation du marché. En effet, la loi de Pareto ne semble pas s’appliquer aux logiciels de paie puisque les cinq logiciels les plus utilisés sont présents dans plus de 70% des offres d’emploi. Les grands groupes, PME et cabinets d’expertise-comptable présentent une utilisation relativement similaire des logiciels, signe de leur adaptabilité aux besoins des différentes structures.

Outil clé de la gestion de la paie dans les grandes entreprises comme dans les PME, le logiciel Silae est le plus demandé, en plein essor avec une mention dans plus de 32 % des offres d’emploi. Comme mentionné dans l’article « Le hit-parade 2021 des logiciels de paie », Silae s’impose comme le logiciel incontournable pour les cabinets (présent dans plus de 70% des offres provenant des cabinets). Il devance Decidium (25,8%), en pleine croissance, et les solutions de gestion de la paie de la société lyonnaise Cegid (15,8%).